Une tour avec le charme d’une maison individuelle

En 2040 également, les Suisses souhaiteront de préférence vivre dans une maison individuelle, comme le montre le sondage de la Société Suisse des Entrepreneurs SSE mené dans la Tour d’horizon. À Rotkreuz, l’immeuble Aglaya prouve que même dans une tour, on peut se sentir chez soi. 

 

Le regard embrasse des arbustes et des arbres avant de se tourner vers les Alpes uranaises. À gauche comme à droite, on ne voit aucun appartement et on se sent donc comme dans une maison individuelle. Une maison individuelle qui flotterait dans l’air. C’est en tout cas ce que l’on ressent lorsqu’on visite la tour verte Aglaya à Rotkreuz. Une tour verte? D’une hauteur de 70 mètres, l’immeuble est végétalisé de bas en haut. L’architecte s’est inspiré d’un rocher recouvert de végétation. C’est pourquoi, quand on est dans l’appartement et que l’on regarde dehors, on a l’impression de voir un jardin. L’immeuble innovant, qui préserve le climat, a été construit par la société Landis Bau de Zoug, dont la devise est justement: «Nous construisons l’avenir. Depuis 1759.» La tour verte Aglaya est un véritable projet-phare, car elle harmonise la nature et le bâtiment tout en exploitant de manière efficiente les ressources, deux principes à la base du concept. 

 

Un huit couché 

L’impression de se trouver dans une maison individuelle est due à la forme inhabituelle du bâtiment, qui rappelle un huit couché. Chaque étage présentant six angles extérieurs, chacun des appartements d’un même étage a une orientation différente. C’est cela qui donne le sentiment de se trouver dans une maison individuelle. Cette impression est encore renforcée par les transitions fluides de l’intérieur vers l’extérieur. De multiples renfoncements sont végétalisés. Au total, la tour compte 85 appartements. Les quatre étages inférieurs ne sont pas végétalisés et abritent des bureaux et des surfaces commerciales. La tour s’élargit après ces quatre premiers étages.

Du fil à retordre pour l’entrepreneur-construction 

Le bâtiment en saillie à partir du quatrième étage et le plan inhabituel ont donné du fil à retordre à Landis Bau, qui a exécuté les travaux de gros œuvre. Conjointement avec Peri, le spécialiste du coffrage, le conducteur de travaux Stefan Fleischli et son équipe ont mis au point un concept dans lequel le coffrage était réalisé à chaque fois à l’extrémité de l’ouvrage. Pour exécuter les renfoncements et terrasses en saillie du bâtiment, l’assise a dû se faire en partie sur plusieurs étages. Il va de soi que le projet n’a pu être mené à bien que grâce à la compétence notoire des professionnels chargés de sa réalisation.  Le béton nécessaire à la construction a été fabriqué directement sur le chantier.

Le développement durable, une priorité 

Aglaya ne privilégie pas seulement le respect de l’environnement dans les jardins verticaux, mais aussi dans son concept de durabilité et énergétique. La tour se situe au centre du nouveau quartier de Suurstoffi interdit aux voitures et quasiment neutre en CO2. 900 arbres ont été plantés sur les deux tours du complexe Aglaya. S’ils étaient plantés dans le sol, ils formeraient une forêt d’une surface de 7000 mètres carrés. Les arbres absorbent le CO2 et sont d’une importance capitale pour le climat. La façade végétalisée offre habitat et nourriture aux insectes comme aux oiseaux. Si la surface habitable n’avait pas été construite en hauteur, mais sous forme de maisons individuelles, il en aurait résulté une consommation de sol de presque 7,5 hectares.

 

Auteur: Joel D. Bigler

Partager l'article